Workshop – Les reconfigurations contemporaines des relations public/privé en Turquie : 12/10/2012, Istanbul, IFEA

Les reconfigurations contemporaines des relations public/privé en Turquie.
The reshaping of public-private relationships in contemporary Turkey.

***

Lieu : IFEA, Istanbul. 
 Date :  12 octobre 2012. 
ANR TRANSTUR – CERI (groupe sociologie historique de l’économique) – IFEA
Problématique

Importance croissante des acteurs privés dans la fourniture de services sociaux ; privatisations d’entreprises publiques ; délégations à des acteurs privés dans de nombreux secteurs d’activité : en Turquie comme ailleurs, ce qui est couramment qualifié de « néo-libéralisme » fait sentir ses effets. Tout en gardant un éclairage comparatif, l’objectif de cette journée d’étude est d’analyser la trajectoire de la Turquie en ce domaine, à travers le prisme des relations public/privé. Ce pays a longtemps été caractérisé par une économie dirigée, avant le tournant libéral entamé dans les années 1980 et en voie d’achèvement depuis une décennie. Loin de la lecture d’une privatisation généralisée et d’un retrait tous azimuts de l’Etat, nous explorerons l’hypothèse selon laquelle les acteurs publics, aux niveaux national et local, gardent un rôle de premier plan, mais sous des formes renouvelées (gestion, interventions indirectes, décharges et délégations, régulations croisées). De ce fait, les zones de contact entre public et privé, les relations mouvantes entre ces secteurs, se trouvent au cœur des reconfigurations de pouvoir actuelles et permettent d’en proposer une lecture fine. Les termes public et privé, utilisés par commodité, ne sont pas ici définis a priori : non seulement les frontières entre l’un et l’autre sont toujours floues, mais les pratiques de chevauchement, la multiplicité des formes de propriété, des modes de régulation, des légitimités, des interventions et même des conceptions du public et du privé sont légion. A l’encontre d’une vision en termes dichotomiques public/privé, on privilégiera des lectures en termes de décharge, de délégation, d’intermédiaires, d’échanges, d’articulation. Il s’agira in fine, d’étudier l’émergence de nouvelles configurations d’intérêts, d’analyser la circulation complexe et conflictuelle du pouvoir pour, au final, déceler d’éventuelles ruptures dans les modes de gouvernement et dans la nature et les interventions de l’État. On tentera de qualifier les développements actuels en dépassant la simple étiquette de « néo-libéralisme », terme si large qui finit par perdre son sens. Dès lors, nous nous interrogerons sur des zones de contact et de négociation diverses, telles les privatisations et les diverses formes de délégation, l’intervention d’acteurs privés dans la fourniture de services publics et dans les prises de décision institutionnelles, les phénomènes de reconversions individuelles et d’articulations institutionnelles, la formation de diplomaties alternatives enchevêtrées dans les diplomaties traditionnelles (ONG et GONG, diplomaties d’entreprises).

Langues de travail  : français et anglais

 

Participants

Béatrice Hibou (CNRS/CERI-Sciences Po)
Ayse Bugra (Boğaziçi Universitesi)
Jean-François Pérouse (IFEA)
Élise Massicard (IFEA)
Gabrielle Angey (IFEA)
Zeynep Kadirbeyoğlu (Bogaziçi Universitesi)
Ghislaine Gallenga (Université de Provence, IDEMEC)
Bilgesu Sümer (Bogaziçi University /100. Yil University)
Françoise Dreyfus (Université de Paris I Sorbonne)
Programme

9:30 Élise Massicard (IFEA) Remarques introductives

9:45 Ghislaine Gallenga (Université de Provence / IDEMEC) : « Transformations, cohabitation, initiatives, carences : quelques passerelles public-privé du service public en Méditerranée »

10:30 Pause café

10:45 Zeynep Kadirbeyoğlu (Bosphorus University), Bilgesu Sümer (Bosphorusi University/100. yıl University) : « Contracting out of municipal services: the cases of Van and Canakkale »

11:15 Élise Massicard (IFEA), Jean-François Pérouse (IFEA) « Vers une nouvelle économie politique municipale ? Les municipalités et le secteur privé, l’exemple d’Istanbul ».

14:00-17:30

14:00 Jean-François Pérouse (IFEA) « L’État sans le Public ? Quelques conjectures à propos de Administration du logement collectif (TOKİ) ».

14:45 Ayşe Buğra (Bosphorus University) : « Shifting boundaries of the political and interest representation in Turkey: Business associations as political actors »

15:30 Pause-café

16:00 Gabrielle Angey (IFEA) : « La politique de la Turquie en Afrique : entre action publique et société civile? »

16:45 Béatrice Hibou (CNRS/CERI) : « Une lecture théorique de l’extension des normes du ‘privé’ au ‘public’ »

Informations supplémentaires

Colloque Final de l’ANR Transtur les lundi 25 et mardi 26 juin 2012

Colloque final ANR TRANSTUR

 

« Ordonner et transiger : modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman, du xixe siècle à nos jours »

Date : les 25 et 26 juin 2012  

Lieu : salle Denys et Maurice Lombard, 96 bd Raspail, 75006 Pari

 

Pour télécharger le programme :

Programme : Colloque final ANR TRANSTUR Programme final

Affiche : colloque affiche de présentation

 

 

 

Programme

 

Lundi 25 juin 2012

                       

9h00 : Introduction générale par Elise Massicard

 

Session I (9h30-12h30) :
L’action publique entre centralisation et archipellisation

 

Mise en perspective par Marc Aymes

Présentation des papiers :

  • Muriel Girard & Clémence Scalbert-Yücel, « Action publique et production de catégories patrimoniales dans la région du sud-est anatolien »
  • Emmanuel Szurek, « Le linguiste et le politique. La Türk Dil Kurumu et le champ du pouvoir dans la Turquie du parti unique »
  • Jean-François Pérouse, « L’État sans le Public : quelques conjectures à propos de l’Administration du logement collectif »
  • Olivier Bouquet, « Faut-il encore parler de modernisation ottomane ? »

Discutants :

Hamit Bozarslan, directeur d’études, Ehess
Brigitte Gaïti, professeure de science politique, Université Paris I
Renaud Payre, professeur de science politique, Institut d’études politiques de Lyon

 

Session II (14h-17h)
L’État traversé de conflits : quelle neutralisation ?

 

Mise en perspective par Benjamin Gourisse

Présentation des papiers :

  • Alexandre Toumarkine, « L’impossible neutralisation de l’armée turque dans les années fondatrices de la République »
  • Nicolas Camelio, « La rédaction de la Constitution de 1961 : conception de l’Etat et espace du pouvoir sous une junte militaire »
  • Noémi Lévy-AKSU, « Quand la police s’aventure sur le terrain de la justice : deux institutions en transaction au tournant des XIXe et XXe siècles »
  • Benjamin Gourisse, « De l’État “transcendant” à “l’État-en-société” »
  • Nathalie Clayer, « Un laiklik imposé ou négocié ? L’administration de l’enseignement de islam dans la Turquie du parti unique »

Discutants :

Jean-François Bayart, directeur de recherche, Cnrs
Françoise Dreyfus, professeure de science politique, Université Paris I
Vincent Dubois, professeur de science politique, Université de Strasbourg / Institut universitaire de France


Mardi 26 juin 2012

Session III (9h-12h)
Ré-inventions au quotidien : faut-il parler de socialisation ?

Mise en perspective par Marc Aymes, Benjamin Gourisse et Sümbül Kaya

Présentation des papiers :

  • Anouck Gabriela Corte Real, « L’arme charitable : vers une militarisation du don ? »
  • Berna Ekal-Şimşek, « Women’s shelters in Turkey as “State institutions” »
  • Claire Visier, « Les syndicalistes turcs et le programme européen “Civil Society Dialogue” : Bienvenue chez les Européens ! »
  • Sümbül Kaya,  « La socialisation politique des appelés : Etude du dispositif de la “formation à l’amour de la patrie” dans le cadre du service militaire en Turquie »

 

Discutants :

Pascale Laborier, professeure de science politique, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Jean-Michel Eymeri-Douzans, professeur de science politique, Institut d’études politiques de Toulouse
Gilles Dorronsoro, professeur de science politique, Université Paris I

 

Session IV (14h-17h)
Mises en lisibilité : l’identification en question

 

Mise en perspective par Olivier Bouquet

Présentation des papiers :

  • Benoît Fliche, « Une femme anatolienne disparaît : ethnographie d’une exfoliation »
  • Fuat Dündar, « Empire of taxonomy: Ethnic and religious identities in the Ottoman surveys and censuses »
  • Marc Aymes, « Agence par défaut » (« Defective Agency ») et « Agence par des faux » (« Deceptive Agency »)
  • Élise Massicard, « Post-hérité. Un retour du patronyme en Turquie contemporaine ? »

Discutants :

Marc Olivier Baruch, directeur d’études, Ehess
Jean-Frédéric Schaub, directeur d’études, Ehess
Nicole Watts, Associate Professor de science politique, San Francisco State University

17h-18h : débat général